Nicolas Boulerice

Nouvelles

À propos

Cinq ans après la sortie de l’album solo Maison de bois, Nicolas Boulerice signe le deuxième volet de son triptyque avec Maison de pierres – Confiné aux voyages. Sa magnifique voix et la contrebasse de Frédéric Samson s’unissent pour offrir 13 complaintes traditionnelles accompagnées d’autant d’ambiances sonores captées à St-Antoine-sur-Richelieu. Ces chansons, connues ou moins connues, ont parcouru le temps et l’espace jusqu’aux chemins de son village, le printemps dernier. C’est le moment de découvrir cette étrange saison comme il l’a vécue, sous la pluie, dans les champs ou au bord de la rivière Richelieu.

Cette rencontre, qui est d’abord celle d’un territoire et d’un répertoire, puis celle d’une voix et d’une contrebasse, se déroule sous le thème du voyage. Il a assemblé des chansons de sa grand-mère de sa blonde, des mélodies glanées dans ses livres, chez Jean-Paul Lanoie ou bien chez Jean-Paul Guimond, grand réparateur et gardien de chansons.

Nicolas Boulerice savait que seul Frédéric Samson (groupe Small World Project) pouvait donner vie à ce voyage musical grâce à sa contrebasse. Amis depuis 30 ans, les deux complices ont enregistré cet album à l’église de Saint-Antoine-sur-Richelieu avec l’ingénieur de son renommé Charles-Émile Beaudin (La Voix, Céline Dion, OSM…) originaire de ce même village. D’autres collaborateurs s’ajoutent dont Olivier Demers (violon et collaboration aux arrangements) ainsi que plusieurs voisins qui ont contribué à la captation d’ambiances sonores avec notamment des cloches, des chevaux et des tonneaux. Une belle histoire de famille en confinement.

Maison de pierres deviendra aussi un spectacle envoûtant voix-contrebasse, Un troisième album, Maison de paille, fait également partie des projets de Nicolas Boulerice.

Biographie

Né dans une famille amoureuse de mots, de chansons et d’histoires, tout était en place pour nourrir le jeune homme qui s’amuse déjà avec sa clarinette, le piano du salon et les livres qui sont dans l’armoire de l’arrière-grand-père. Il étudie d’abord le piano jazz et découvre ensuite la  vielle à roue. Il en fabrique lui-même quelques exemplaires avant de rejoindre le groupe Ad Vielle que Pourra avec qui il commence sa carrière dans le milieu folk nord-américain. Inspiré par les chansons de sa grand-mère, il plonge dans la musique trad québécoise pour y découvrir sa voix et son métier. Depuis, il parcourt le répertoire d’ici et y ajoute aussi ses propres compositions, souvent pour chanter l’histoire de son coin du monde. En 2002, il fonde Le Vent du Nord avec qui il produit plus de 2000 concerts et 10 albums. En 2015, il fait paraître Maison de bois, un premier disque solo d’auteur-compositeur, juste après s’être mérité le prix du CALQ de créateur de l’année en Montérégie. Le disque de complaintes traditionnelles Maison de pierres, qui paraît à l’automne 2020, est donc le deuxième album solo de son projet de trilogie de créations.

 

Il est cofondateur de la Veillée de l’avant-veille à Montréal (23 éditions), de La Compagnie du Nord (production et gérance), en plus d’être président du Festival Chants de Vielles, chez lui, à Saint-Antoine-sur-Richelieu (15 éditions). À la belle occasion, il prend la scène avec son écrivain de père pour les Carnets de notes, un spectacle de poésie et de chanson. Son premier recueil de poésie paraîtra chez Triptyque au printemps 2021. Chez Leméac, un collectif d’auteurs auquel il s’est joint fera paraître un livre sur Georges Brassens. En plus des conférences qu’il présente sur l’histoire du trad ou sur la turlute, il rédige un guide d’initiation au trad québécois pour le Conseil Québécois de la Musique et il participe à la création du premier cours en ligne, TRAD 666, en collaboration avec plusieurs artistes et le CQPV. Toute sa vie, toujours autour des mots, des chansons et des histoires.

Crédit photo : Tzara Maud

Dates

À venir

Musique

Citations

___
« Nicolas Boulerice, c’est une force tranquille. Force des mots. Force de la parole portée par une voix douce, mais chaude. Force de la simplicité rayonnante de beauté à chacune des notes de son piano »
Frédéric Bussières, Poste d’écoute
___
« C’est un disque (Maison de bois) conçu pour l’éternité, le partage amoureux, le legs, la maison à construire, le pays à venir. Le chanteur s’accorde une pause de tendresse et l’auteur-compositeur humaniste écrit l’essentiel, rêve l’histoire et se permet une écriture personnelle »
Yves Bernard, Le Devoir

Photos

Vidéos

Spectacles